Ce soir, j'ai eu l'immense privilège et l'intense plaisir d'assister au spectacle de danse de la fillette de la princesse bleue. Je m'attendais à un spectacle très amateur et j'y assistais au départ pour faire plaisir à cette enfant que j'adore. Toutefois, je lève mon chapeau à l'école de danse Claude Pilon à Laval (oui marquise de St-Henri, on fait de belles choses à Laval :P) qui a mis en scène un spectacle éblouissant avec toutes les tranches d'âge et tous les niveaux d'étudiants. Les grandes étaient très fluides dans leurs mouvements et leurs chorégraphies étaient bien rodées. Cependant, les plus jeunes étaient très touchantes avec toute leur bonne volonté. On voyait dans les yeux de certaines leur grande concentration pour se rappeler la chorégraphie et suivre le rythme, sans se tromper. Mes morceaux préférés : ceux qui regroupaient plusieurs tranches d'âge. De voir les petites et les grandes danser au même rythme, sentir la fierté des plus jeunes de partager la scène avec les plus expérimentées, c'était très touchant.

Tout au long du spectacle, je me rappelais de bons souvenirs. Du plus loin que je me rappelle, j'ai toujours aimé danser. À 5 ans, ma mère me faisait prendre des cours de ballet classique. J'adorais, mais j'ai abandonné après une session. La raison : je n'aimais pas que le professeur chicane les autres enfants qui étaient indisciplinés. Plus tard, à la fin du primaire, j'ai fait de la danse sociale. Dans les partys de famille, les oncles me faisaient tournoyer et appréciaient ma capacité à les suivre dans les mouvements plus complexes. Lorsque nous faisions du camping, j'assistais à toutes les soirées dansantes du samedi soir et je me déhanchais avec entrain jusqu'à ce que ma mère vienne me chercher pour aller dormir.

C'est au secondaire que j'ai vraiment redécouvert le plaisir de la chorégraphie de groupe. J'ai choisi de faire de la danse moderne comme activité parascolaire. J'adorais la professeur! Elle était d'une gentillesse incroyable! Pendant les deux années, nous avons travaillé pour apprendre nos chorégraphies que nous présentions au gala Méritas de la fin d'année. Le spectacle avait lieu sur la scène du Collège Lionel-Groulx de Ste-Thérèse. Quelle sensation que de danser sur une scène que de nombreuses vedettes ont occupé avant nous! D'avoir une salle comble de personnes qui nous applaudissent avec vigueur! D'avoir les lumières braquées sur nous! De sentir le trac avant d'entrer sur scène et de ne plus se rappeler de la chorégraphie... jusqu'à ce que les premières notes de la chanson jouent. Ensuite, c'est l'abandon total! On danse et on oublie tout le reste.

Il y a aussi eu, en 2007, les cours de baladi qui m'ont appris à bouger chaque partie de mon corps individuellement (mais je suis incapable de bouger le torse et les hanches en même temps). Cette danse sensuelle est à la fois un exercice de cardio et de musculation intense. Essayez ce petit exercice et vous m'en reparlerez : debout, les jambes à la largeur des épaules, les genoux légèrement fléchis et le bassin basculé vers l'avant, soulevez et déposez alternativement vos talons dans un rythme effréné. Ca fait bouger vos hanches et, si vous réussissez à garder le rythme plus qu'une minute, vous aurez mal aux quadriceps et votre coeur sera fort stimulé!

Avec les années, j'ai délaissé cette activité que j'aime beaucoup. J'ai renoué il y a deux ans, lorsque j'ai commencé à fréquenter le Latulipe avec la princesse bleue. Des nuits entières à se déhancher sur les rythmes des années 80 et 90, et ce, sans prendre une goutte d'alcool! Mes voyages dans les Caraïbes m'ont également fait apprécier les rythmes latins. Si bien que je participe maintenant à un cours de Cardio latino à mon gym et que j'aimerais bien prendre des cours de danse latine. Je dois avouer que je suis toujours surprise de me regarder dans le miroir et de constater que j'ai du rythme, que je bouge pas trop mal des hanches alors que je m'imaginais gauche et empotée avec mon surplus pondéral.

Alors que je regardais ces jeunes filles se produire sur scène, que je vivais en souvenir leur fébrilité et leur fierté, j'ai enfin été inspirée pour un billet! Merci mesdemoiselles.

Et vous, êtes-vous envahis par la fièvre de la danse? J'attends vos commentaires avec impatience.